ADRESSE A LA NATION DE MADAME SIMONE EHIVET GBAGBO DANS LE CADRE DE LA LUTTE CONTRE LA COVID-19

Chères sœurs,

Chers frères,

Chers parents de Côte d’Ivoire,

Depuis un peu plus de 2 mois, notre pays, est confronté à la grave crise sanitaire liée à la pandémie de la COVID-19. Je voudrais, d’emblée, féliciter une fois de plus toutes celles et ceux qui œuvrent au quotidien pour nous éviter la catastrophe sanitaire que nous craignions tous.

Notre reconnaissance et nos remerciements au corps médical (médecins, infirmiers, infirmières, pharmaciens, laborantins etc.) sont éternels. Même sous-équipés, même scientifiquement impréparés, même sous-protégés, ils s’acharnent à surmonter les peurs intérieures, les risques de contamination personnelles, pour recevoir les malades, les soigner, les guérir. Soyez bénis. Que le Seigneur n’oublie aucun de vos bienfaits.

Je salue également le Gouvernement et toutes les forces vives de la nation dont les directives sont le socle de notre résistance à cette pandémie.

En conjuguant nos efforts, nous avons montré que cette pandémie n’est pas une fatalité.

C‘est cependant encore une fois, le lieu de nous rappeler à tous, la nécessité de continuer, malgré les récentes mesures d’allègement, à respecter scrupuleusement les mesures barrières.

Il ne faut surtout pas baisser la garde. Le monstre n’a pas encore disparu de notre terre. Il est encore là, tapi dans nos cités et prêt à tuer.

Ne faisons donc preuve d’aucune négligence, ni de désinvolture, ni de triomphalisme inadéquat.

Donnons-nous le défi, par notre discipline et notre esprit de sacrifice, d’éradiquer cette maladie de chez nous.

L’État, de son côté, continue et doit continuer d’assumer sans relâche ses propres responsabilités. C’est-à-dire :

‒ Se doter de moyens de détection des personnes contaminées afin de pouvoir très tôt les prendre en charge ;

‒ Systématiser la prise en charge efficace des malades ;