AGO CEFPI : SIMONE GBAGBO EXHORTE LES ENSEIGNANTS À ÊTRE DES DIFFUSEURS DE LA VISION DU FPI


La deuxième vice-présidente du Front Populaire Ivoirien (FPI), Madame Simone EHIVET GBAGBO était la marraine de l'assemblée générale ordinaire de la Cellule des Enseignants membres de son parti (CEFPI). Cette AGO avait pour thème : « maîtrise du processus électoral en 2020 ».


Le président du Comité d'Organisation, Séraphin DIEHOUÉ et l'adjoint au maire de Port Bouët, Alain ADJA ont souhaité la cordiale bienvenue à Madame Simone EHIVET GBAGBO et à l'ensemble des participants.

Le fédéral CEFPI de Port Bouët a demandé aux enseignants de rester mobilisés et fidèles aux idéaux du FPI.


Au cours de cette AGO, le SN TAH Bi NANDI a fait une importante communication sur le rôle de la CEFPI dans la requête du pouvoir d'État en octobre prochain. « Pour gagner des élections, il faut un cadre politique sain mais il faut et surtout des hommes et des femmes capables de se battre pour gagner. La question que nous nous posons, quels sont les rôles des enseignants du Front Populaire Ivoirien? Il faut savoir que la CEFPI est créée en juin 1994. C’est une structure spécialisée du FPI. Elle a été créée pour contribuer à l'information et à la formation des masses. Camarades enseignants, il faut prendre part aux réunions et aux activités. Il nous faut mobiliser des ressources. Notre contribution dans la reconquête du pouvoir c'est de contribuer financièrement car nous sommes les seuls à avoir une structure dont les membres sont salariés » a-t-il déclaré. Pour lui, le FPI est en train de se battre pour amener le pouvoir à mettre en place des conditions optimales pour l'organisation d'élections justes et transparentes.


L'un des coparrains, Diarra KASSOUM, dit avoir quitté le parti au pouvoir pour se consacrer au FPI du président Laurent GBAGBO.

Le président de la cérémonie, DADIER KOFFI, secrétaire général adjoint du FPI a exhorté les enseignants à être des modèles en conduite et en formation.


Madame Simone EHIVET GBAGBO, marraine de la cérémonie, a prié pour la paix et la cohésion en Côte d'Ivoire en cette nouvelle année. « Je voudrais commencer par formuler mes vœux de restauration de tout ce qu'on a perdu, reconquête de tous les droits du Président Laurent GBAGBO et qu'il retrouve son pays ; et que le pays soit restauré tellement, et que Dieu donne une grande victoire au FPI.

Le rôle de la CEFPI est le déploiement du parti sur toute l'étendue du territoire.

C'est ce qui a permis au FPI de s'implanter dans tout le pays. C'est ce qui a valu au FPI le surnom de « parti des enseignants ». Et ces enseignants-là sont comme des diffuseurs de la vision du FPI » a déclaré la deuxième vice-présidente du Front Populaire Ivoirien.


Elle a rappelé que la mission du FPI est de bâtir une Côte d'Ivoire nouvelle. Elle a révélé que le CEFPI a joué un rôle important dans l'implantation du FPI dans le pays. « La diffusion a été possible par la formation des militants de base à l'idéologie du FPI, du programme de gouvernement, à la formation à la direction des structures.

Le CEFPI a également formé nos élus (nos maires et députés). La CEFPI a formé les militants au respect des droits et à la vie démocratique. Il a fallu expliquer aux gouvernants de l'époque que pour avoir des élections démocratiques, il fallait que les listes électorales soient accessibles aux autres partis, il fallait informer les militaires de leur rôle dans les bureaux de vote. Et ça été possible grâce aux enseignants » a laissé entendre Madame Simone EHIVET GBAGBO.


La troisième mission, selon la deuxième vice-présidente du FPI, est de redynamiser les militants et recruter en d'autres pour redonner de la vigueur aux structures du parti.

« Un des rôles que vous avez à jouer dans cette mission est de parler des valeurs pour cette Côte d'Ivoire Nouvelle. Il nous faut avoir des citoyens nouveaux. A cet effet, Dieu a donné des recommandations dans le livre de Genèse » a ajouté Madame Simone EHIVET GBAGBO.


Pour conclure, elle a invité les enseignants du CEFPI en particulier et les Ivoiriens en général à ne plus se sentir inférieurs aux autres peuples. « Nous devons transmettre nos connaissances aux générations futures. Nous devons arrêter d'avoir le complexe d'infériorité, car il y a des gens aujourd'hui qui refusent que leurs enfants apprennent leur langue maternelle. Le manque de créativité, le manque de personnalité, l'ignorance scientifique doivent être bannis du milieu de nous.

La CEFPI doit donc former les citoyens.

Le temps est arrivé de faire du FPI un parti fécond et de la Côte d'Ivoire un pays fécond. Que Dieu vous bénisse » a conclu la deuxième vice-présidente du Front Populaire Ivoirien.


COMSEG



Accueil

  • Facebook Social Icône
  • Twitter Icône sociale
  • Icône social Instagram

© 2019 Communication de

Simone EHIVET GBAGBO - COMSEG

SIMONE EHIVET GBAGBO

10 logo SEG internet .png