HOMMAGE A BERNARD DADIE : ALLOCUTION DE MADAME SIMONE EHIVET GBAGBO, LUE PAR MONSIEUR HUBERT OULAYE

Madame Simone EHIVET GBAGBO lors de la cérémonie d'hommage à Feu Bernard DADIE

Mesdames et messieurs,


Au moment où la Côte d’Ivoire, dans toutes ses composantes politiques, culturelles et sociales, rend un hommage bien mérité à Bernard BLIN DADIE, notre icône devenue un patrimoine humain national et continental, je prends la parole ce jour, au nom du Front Populaire Ivoirien et du CNRD, pour rendre témoignage de ce que nous avons appris de cet illustre disparu, en même temps, pour égrener ce qu’il nous a laissé comme héritage, aussi bien à nous ses contemporains qu’aux générations futures.


Bernard DADIE, sur le terrain politique a été d’abord et avant tout, et ce, pendant longtemps, militant du PDCI-RDA, parti dont son père Gabriel DADIE a été l’une des grandes figures. Mais même PDCI, cet homme était d’abord et est resté un anticolonialiste, un patriote invétéré. Il a donc été à une époque une personnalité politique PDCI-RDA, ministre de la Culture, de 1977 à 1986.


Vers la fin de sa vie, l’homme émérite, - ce n’est un secret pour personne-, a rejoint nos rangs, sans être militant de notre parti, mais en prenant parti pour le Président Laurent GBAGBO, lorsque ce dernier a été lâchement et anachroniquement attaqué par les forces impérialistes et néocoloniales occidentales.


"Sacrilège !" avait-on crié à Paris et dans certains milieux de gens se disant "bien-pensants".

Le célèbre journaliste DIEGOU BAILLY s’était aussi écrié : "Le vieux DADIE ! Il ose encore !".