COMMENT J'EN SUIS ARRIVÉE AU PARDON : SIMONE EHIVET GBAGBO TÉMOIGNE A l’ÉGLISE EPHRATA

"Frères et sœurs je vous remercie pour l’accueil que vous m’avez réservé. Mais acclamons notre Dieu. Acclamons notre Dieu parce que… Je vous assure, je vous assure que notre Dieu mérite d’être acclamé. C’est un Dieu vivant. C’est un Dieu puissant. C’est un dieu merveilleux. C’est un Dieu fidèle. Asseyons nous maintenant.



Je viens de 7 années de réclusion. Mais ça été 7 années de retraite, 7 années de tête à tête avec mon Dieu. Pendant ces 7 années là, mon dieu ma démontré d’abord qu’Il est un Dieu fidèle. Il m’a démontré que, quand on dit fidélité, ça doit signifier quelque chose. Il y a deux façons. Notre Dieu, Il peut nous demander à nous de Lui démontrer notre fidélité à Lui. Et Il y tient. Il dit de ne pas aller adorer d’autres fétiches, d’autres Dieux. C’est Lui qui est le véritable Dieu. Mais pendant les 7 années, ce n’est pas ça qu’Il ma demandé. Il ne m’a pas demandé de Lui démontrer que je tiens à Lui et que je considère que c’est Lui qui le vrai Dieu. Pendant les 7 années, pasteur, ce par quoi Il a commencé, c’est de me montrer que Lui, ce Dieu là, il est un Dieu fidèle. Lui-même ! Il est un dieu fidèle, et que sa fidélité, comme il est dit dans le psaume 91, Il dit sa fidélité est un bouclier et une cuirasse.

Et quand nous étions sous les bombardements nous prions Dieu et Dieu dit : « Restez tranquilles ». Moi, Je suis votre bouclier et Je suis votre cuirasse. Le bouclier c’est ce que le soldat prend, qu’il place devant lui comme ça, vous avec vu des policiers ils ont ça devant eux comme ça et quand vous tirez sur eux, ils soulèvent le bouclier pour bloquer le projectile que vous lancez contre eux. Ca peut être une épée. A notre époque, on n’utilise plus les épées mais quand il y a les marches et tout ça, on lance les pierres contre les policiers et les policiers ont le bouclier pour se protéger. Et Dieu a établi son bouclier sur tout le bâtiment de la résistance. Ce qui fait que les bombes qui ont été