MEETING DE LA RÉCONCILIATION : DES DIZAINES DE MILLIERS D'IVOIRIENS MOBILISÉS POUR LA PAIX


Le parc des sports de Treichville a abrité ce samedi 14 septembre 2019 un giga meeting pour la paix et la réconciliation en Côte d'Ivoire.


Ce meeting a été organisé par les plateformes EDS (Ensemble pour la Démocratie et la Souveraineté) de Georges Armand OUEGNIN et CRDP (Coalition pour la Réconciliation, la Démocratie et la Paix) de Brahima KAMAGATE.


Malgré la pluie, les Ivoiriens étaient là pour écouter les messages de leurs leaders. Le meeting a commencé par la libation d'un chef de village Ebrié. Puis, il est revenu à l'ambassadeur KONÉ BOUBACAR, vice-président du FPI, par ailleurs co-président du comité d'organisation, de prononcer le mot de bienvenue.


« Merci d'être venus nombreux à ce meeting plein de symboles pour engager la Côte d'Ivoire sur la voie de la réconciliation et réclamer le retour du président Laurent GBAGBO et le ministre BLÉ GOUDÉ. Nous sommes ici pour exprimer notre patriotisme. Merci pour cette mobilisation. Merci à vous. CRDP et EDS est une combinaison qui marche » a conclu KONÉ BOUBACAR.


Après le vice-président du FPI KONÉ BOUBACAR, Professeur Jérôme COULIBALY CLIMALO s'est adressé à la foule au nom de la plateforme CRDP. Selon lui, depuis l'avènement de Ouattara au pouvoir, la Côte d'Ivoire vit des moments sombres. « Depuis l'accession de OUATTARA au pouvoir, de nombreux faits illustrent le recul drastique du pays a plusieurs niveaux, qui consacrent le démantèlement des acquis démocratiques. Toutes les institutions sont caporalisées. La CEI est vidée de toute substance d'indépendance » a-t-il dit.


Le député Michel Alain LOBOGNON a engagé le peuple ivoirien à se battre pour obtenir la gratuité de la carte nationale d'identité.

« Nous savons que les Ivoiriens payent pour avoir accès à la Carte Nationale d'Identité. Il y a des enfants qui vont à l'école jusqu'au CM2 sans extrait d'acte de naissance. Nous demandons que la CNI soit financée par l'argent du contribuable, par le budget national de Côte d'Ivoire et par les impôts. Quand on a dit cela, il y a des députés sous tutelle à l'Assemblée Nationale qui ont dit non. Car cela n'est pas inscrit dans le budget de Côte d'Ivoire. Donc la question que moi je vous pose, est-ce qu'il est inscrit dans le budget de Côte d'Ivoire que nous devons avoir un gouvernement de 55 membres ? S'il y a de l'argent pour financer 55 ministres, c'est qu'il y a de l'argent pour financer les cartes nationales d'identité » a dit Alain Michel LOBOGNON. Il a par ailleurs révélé que la coalition au pouvoir, le RHDP n'a pas les moyens de modifier la Constitution.



Au cours du meeting, deux motions ont été lues. D'abord pour réclamer le retour du Président Laurent GBAGBO, ensuite l'action du président Henri KONAN BÉDIÉ en faveur de la paix et de la réconciliation.


Quant au Dr ASSOA ADOU, secrétaire général du FPI, il a déclaré que le président Laurent GBAGBO est disposé à aller à la paix et à la réconciliation. Ce meeting, a-t-il conclu, est le début de la renaissance de la Côte d'Ivoire. Le public surchauffé réclamait la prise de parole de Simone EHIVET GBAGBO, deuxième vice-présidente du FPI.


Le secrétaire exécutif en chef du PDCI-RDA, Maurice KAKOU GUIKAHUÉ, a été la dernière personne à intervenir à ce meeting. Il a déclaré que le temps n'est plus au discours dans les salons. « A partir d'aujourd'hui, on reste debout. Ce meeting est un meeting de préparation. La CEI doit changer. La Carte Nationale d'Identité doit être gratuite. On ne doit plus emprisonner des députés sans que son immunité parlementaire ne soit levée.


Prochainement on sera dix fois plus nombreux » a prévenu l'ancien ministre de la Santé.

Il a réitéré la volonté de son parti à aller à la paix et à la réconciliation nationale.

« Tu vas faire gratte-ciel, tu vas réparer tous les fûts d'eau, mais si les cœurs sont noirs, ca ne va pas marcher. Il faut se réconcilier pour l'avènement d'une paix durable. Sans stabilité, il ne peut y avoir de développement véritable. Nous devons regarder l'avenir » a ajouté Maurice KAKOU GUIKAHUÉ.


Il a également révélé que le premier acte à poser après ce meeting est la libération complète de tous les prisonniers de la crise post électorale. Pour lui, que la loi d'amnistie s'étende aux militaires emprisonnés. Après cela, la deuxième bataille commune à mener est le retour du président Laurent GBAGBO, de Charles BLE GOUDÉ et de tous les exilés.

« Prochainement c'est l'opération "inondation Plateau" avec le stade FÉLIX HOUPHOUËT-BOIGNY » a conclu le secrétaire exécutif en chef du PDCI-RDA.


Plusieurs artistes engagés ont apporté une note de gaieté avec des prestations aussi enlevées les unes que les autres.


COMSEG



Accueil

  • Facebook Social Icône
  • Twitter Icône sociale
  • Icône social Instagram

© 2019 Communication de

Simone EHIVET GBAGBO - COMSEG

SIMONE EHIVET GBAGBO

10 logo SEG internet .png